Stéphanie Rodrigues, Présidente

Première dans ma démarche

Infirmière diplômée d’état.

Stéphanie, originaire de l’Ariège (autant le préciser avant que mon accent ne me trahisse).

C’est avec une certaine réserve que je vous livre ces quelques lignes, comme une mini biographie qui permettra de tisser
le début d’une relation de confiance entre vous et moi, intimiste, nécessaire je pense à la réalisation d’une séance de thérapie par l’image de qualité.

 

Mon parcours personnel m’a confronté très tôt à la menace que pouvait représenter la perte d’estime de soi, dans les différentes étapes de la construction, de l’enfance à l’âge adulte. C’est une des raisons qui m’a orientées, je l’ai compris plus tard, vers le métier d’infirmière, au moment où encore adolescent l’on nourrit cette volonté de guérir, ce souhait profond de sauver le monde…

Ma profession d’infirmière me confronte finalement, depuis plusieurs années maintenant, à nombre de ces situations, où peuvent se mêler la maladie, les violences physiques et/ou morales, les inégalités sociales ou culturelles, la

violence du monde du travail… Elles peuvent toutes engendrer chez chacun d’entre nous des remises en questions très intimes, des difficultés à s’accepter et s’assumer tel que l’on est face aux autres, alors que nous sommes soumis à des normes sociales invasives et omniprésentes.

Par ailleurs, très jeune j’ai pris goût à la photo, ma marraine étant photographe nous dirons que j’étais dans le bain, les repas de famille devenant de véritables séances photos.

Pour moi c’était au tout départ le plaisir de photographier des ami(e)s , des membres de la famille, des paysages … des choses qui me paraissaient simples et jolies. Puis sont arrivés mes enfants j’ai pu savourer ce bonheur immense d’immortaliser leurs moments de vie importants (véritable premier challenge ça bouge dans tous les sens ces petits êtres), réaliser de jolis portraits ….

La photographie est un moyen d’expression ouvert à tous, et un outil de mise en relation privilégiée de chacun avec le regard extérieur.

Et comme une évidence quelques années plus tard, à l’aube de ma trentième année, ayant conservé mes aspirations d’adolescentes,  j’ai naturellement allié ma passion pour la photographie avec ma sensibilité artistique,  à ma vie d’infirmière dans un projet d’accompagnement des personnes en perte d’estime de soi.

A  travers ce projet, j’ai fait le choix d’être la soignante qui vous  tend la main pour vous accompagner, pour que vous puissiez vous réconcilier avec votre histoire et développer pourquoi pas une force de vivre différente.

Je construis avec vous des clichés qui restituent le meilleur de vous même, tel que vous ou d’autres ne savent plus vous voir.

L’important pour moi est de réaliser des photos qui reflètent votre histoire avec authenticité. Certains diront peut être que trouver cette personne (qu’elle soit thérapeute ou non) est un peu le fruit du hasard ; moi je pense que c’est juste l’histoire du bon moment.

Je m’entoure d’autres professionnels (thérapeutes, psychologues), intègre des associations et des établissements hospitaliers afin de collaborer avec des équipes existantes pour réaliser ce travail que je vous détaille (par ailleurs) dans une autre rubrique.

Aujourd’hui, à l’issue d’un parcours dont je suis fière, je partage et savoure des instants de bonheurs immenses en accompagnant chacun de mes patients dans cette reconquête d’eux-mêmes.

Une phrase résonne en moi à l’écriture de ces mots :

« On ne peut rien apprendre aux gens, on peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre » Galilée.

Avec toute ma bienveillance.

Muriel Pince Bourrianne, Vice-présidente

« En tant que psychologue et psychothérapeute
il est important pour moi de soutenir
l’association panser par l’image.

Il est tellement vrai que l’on peut soulager les maux par des mots alors pourquoi pas essayer au travers de séances photos réalisées par Stéphanie de revaloriser l’estime de soi  et de restaurer une bonne image chez ces personnes ayant subit des traumas
(violences, harcèlement moral, maladies..).
Puis si nécessaire enclencher un soutien psychologique et autre afin d’accompagner au mieux ces patients en souffrance et en demande d’aide dans un travail de reconstruction personnelle. »

Elodie Guesdon, trésorière

Infirmière diplômée d’état.

J’ai souhaité rejoindre cette association car la thérapie par l’image est un concept totalement innovant ; il permet à la personne photographiée de renouer avec son corps et son esprit.
Cette thérapie est basée sur la relation d’aide, la confiance, la valorisation mais surtout la bienveillance.
En effet, son image corporelle, si souvent oubliée, dévalorisée ou meurtrie, renaît à travers l’objectif.
J’ai la certitude à travers mon métier d’infirmière et mon expérience, que cette thérapie peut être un outil majeur pour prévenir et accompagner d’éventuelles détresses psychologiques.
Quoi de plus beau que d’oser, se dévoiler, se reconnecter à soi-même…en prenant du temps pour soi.
Une association comme celle-ci à toute sa place dans la société actuelle, nous en avons besoin pour compléter la guérison de nos malades, pour panser les plaies laissées par des personnes violentes ou destructrices, pour valoriser les corps…et les cœurs.

Guillaume Pennequin, secrétaire

« La thérapie par l’image est un outil de soins original, novateur et créatif, que l’on peut ajouter avec succès à la liste des soins dits de support, très importants, qui font suite ou qui s’ajoutent aux soins strictement techniques. Photographe et infirmier moi-même, j’ai découvert concrètement son efficacité en suivant le travail approfondi de Stéphanie. Son esprit d’initiative et son dynamisme m’ont convaincu de prendre part à l’association (où je n’interviens pas en tant que photographe). »